page d'accueil
envoyer un message au webmaster
plan du site
s'abonner au flux RSS les derniers articles à lire accéder au podcast s'abonner à la newsletter
espace privé pour les rédacteurs

Angel-B et fausse couche

par Laurent Suply [27ème promotion].
Article publié le dimanche 22 janvier 2006.
 

Sabine en avait ras la casquette. De toutes les productions galère, celle là décrochait le pompom. « Angel-B ». Il aurait pû se fouler un peu plus, le Besson. Sur le « A », elle n’avait pas eu trop de boulot. Juste sauter du haut du pont Alexandre III à la place de cette grande pouffe scandinave. Facile. Le film avait fait un four, évidemment. Une histoire niaise, des acteurs en carton, une esthétique de pub des années 80. Elle avait regardé le tournage d’un oeil détaché. Un été 2005 à se lever à trois heures du matin. Et Jamel qui faisait son malin, croyant enfin tenir un rôle.

Flop donc. Europa l’avait rappelé. Besson voulait son « Angel-B ». Avec un vieux reste de lucidité, il avait décidé qu’il fallait du spectacle, des effets spéciaux, rapport à la gamelle du A. Pas juste une pouffe analphabète qui saute d’un pont pour sauver le pauvre Jamel. Du spectacle, de l’action, de l’émotion, avec Gérard Pirès, porte-caméra, porte-flingue, second couteau de Besson à la baguette.

Le script, elle s’était endormie dessus. L’histoire d’une femme qui aimait un homme mais leur famille est pas d’accord. Un vague remix de Roméo et Juliette « emprunt d’une poésie surréaliste » préciserait plus tard le dossier de presse. Elle doublait Jana Zinskaia, la nouvelle égérie de Besson. Aussi tarte que les précédentes. Elle aussi finirait dans un Resident Evil 12 à mitrailler des chiens-zombies.

Depuis deux mois, elle se morfondait au château de Puyguilhem, à doubler des scènes débiles. Elle supportait bravement les crises de nerfs de Jana « Mais je suis mauvaiiiissseeeee... » gémissait-elle. Alors toute l’équipe la rassurait « Mais non, mais non, t’as été parfaite »... Mais si, mais si elle jouait vraiment comme une savate. Mais ce qu’elle ne supportait plus, c’était Christophe Lambert. L’homme qui avait fait Higlander, Vercingétorix et Beowulf. Quand même. « Fausse couche » comme elle le surnommait en son for intérieur, s’entêtait à tourner ses cascades lui-même. Et il était encore plus mauvais comme cascadeur que comme acteur. Un exploit. Ils étaient monté jusqu’à 37 prises pour une scène. Oh, pas celle où il devait lancer un grapin par dessus la muraille... Il avait fini par y arriver, le pauvre. Non... 37 prises pour une scène d’amour et d’émotion, celle où, manque de chance, lui et Jana devaient se regarder les yeux dans les yeux.

Elle n’en pouvait plus. Mais cette galère touchait à sa fin. Ils tournaient le final. Une scène magique où les deux héros se retrouvaient entre deux tours d’un château, 10 mètres au dessus du vide, grâce à un pont de nuage aprés que l’héroïne a fui son mariage forcé avec un bon parti. Il fallait lui reconnaître ça : Besson était désormais mytridatisé au ridicule. Il osait tout, même les pires clichés. A côté, Barbara Cartland, c’était du Shakespeare. Elle mit un pied sur le filin en se répétant qu’il fallait bien manger. Même avec une traine de mariée, c’était la routine. Il y avait un filet, mais Rémi Julienne avait insisté pour l’arnacher et lui coller un balancier dans les mains. Rapport aux assurances qui avaient grimpé aprés un léger incident sur Taxi 3... Tout ça serait gommé à l’ordinateur au montage. Ils rajouteraient aussi les jolis nuages, la lune et pleins d’autres choses « poétiques ». Ca suinterait l’amour comme un kouign-amann.

« On la fait en une prise celle là, fausse-couche » ordonna-t-elle mentalement en essayant, en vain, de regarder son partenaire dans les yeux.


Voir et/ou télécharger l'article au format PDF

Forum de l'article


 
 
 
   
[#NOM_SITE_SPIP]

Accueil |  IPJ Paris | podcast ipjmag |  anciens ipj |  newsletter |  @webmaster | ipjmag en rss ipjmag

Ipjmag est un magazine école réalisé par les étudiants de
l'Institut Pratique de Journalisme, dans le cadre de l'option "journalisme en ligne"
encadrée par Thierry Guilbert, concepteur de ce site à vocation pédagogique
.
-------
Tous droits de reproduction et de diffusion réservés - (c) 2004 - 2006
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de
la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Le contenu de ce site (textes, sons et vidéos) ne peut être repris sans accord préalable de leurs auteurs.

------

Creative Commons License
Les pages contenues sur Ipjmag font l'objet d'un contrat Creative Commons.  
------
Technologies et logiciels utilisés :
Spip | Loudblog | Spip Video Flash Player - Netdevelopeur et Jeroenwijering | Dewplayer Estvideo