page d'accueil
envoyer un message au webmaster
plan du site
s'abonner au flux RSS les derniers articles à lire accéder au podcast s'abonner à la newsletter
espace privé pour les rédacteurs

Banlieues : les idées "simplistes" des hommes politiques

par Théo Haberbusch [27ème promotion].
Article publié le décembre 2005.
 
Les actions menées depuis 30 ans dans les banlieues révèlent les idées reçues des dirigeants, de droite comme de gauche, sur les cités sensibles. Résultat : un patchwork de mesures qui n’ont pas résolu les problèmes.

Le sociologue Jean-Marc Stébé n’accable pas les hommes politiques, désarmés ces jours-ci face aux violences urbaines. Mais il pointe du doigt leur vision « simpliste » de la crise des banlieues. (JPG) En fait, depuis les années 1970 et les premières actions en faveurs des quartiers sensibles, les hommes politiques se laissent guider, selon lui, par leurs « croyances ». « Certains sont encore persuadés qu’il y a des problèmes parce que les gens vivent dans des grands immeubles. », regrette Jean-Marc Stébé. Et de poursuivre : « Mais les choses sont beaucoup plus compliquées ! Si je devais expliquer les causes de la crise, il me faudrait au moins six heures. » Selon l’auteur de la Crise des banlieues, les décideurs recourent à des « théories simplistes » pour répondre aux demandes de leurs électeurs. « Leur logique est de produire des résultats à court terme », résume le sociologue.

Un mille-feuilles

Principale faiblesse des élus et des gouvernants, ils « imaginent qu’à l’émergence d’un problème peut répondre une politique publique qui permettra automatiquement un changement social », analyse-t-il. Comme si une action sur le cadre bâti avait nécessairement un impact sur la vie sociale. Autre idée reçue, regrette le sociologue, pour de nombreux décideurs « c’est la présence d’un trop grand nombre d’immigrés dans les quartiers sensibles qui pose problème. Ils croient donc nécessaire de disperser la population étrangère pour éviter la formation de ghettos » Résultat, les politiques engagées se sont superposées comme « les couches d’un mille-feuilles et sans avoir trouvé une cohérence. » Par exemple, l’idée que l’architecture peut susciter de la civilité a donné naissance à cinq programmes de réaménagement au cours des trois dernières décennies : Habitat et vie sociale (1977), Banlieues 89 (1983), Grands projets urbains (1994), Programme national de renouvellement urbain (1999) et démolition d’immeubles ces dernières années. Les résultats paraissent maigres au regard de l’ambition affichée.

Politique globale

« On peut même penser que ces interventions, fortement médiatisées ont été vécues comme des provocations par les personnes mal logées », avance Jean-Marc Stébé. D’autres politiques ont préféré cibler la population et ses conditions de vie. C’est le Développement social des quartiers (DSQ) en 1982 et le Développement social urbain (DSU) en 1988. L’échec de ces programmes entraîne la mise en place d’une Politique globale de la ville et la création d’un ministère de la ville(1990). Le but : adapter les actions contre l’exclusion au niveau de l’agglomération. Au vu des événements récents, la bonne formule n’a pas encore été imaginée. « Je ne voudrais pas être à la place des hommes politiques, il leur faut trancher dans un domaine où les réponses toutes faites n’existent pas », conclut Jean-Marc Stébé.


Voir et/ou télécharger l'article au format PDF

Forum de l'article


 
 
 
   
[#NOM_SITE_SPIP]

Accueil |  IPJ Paris | podcast ipjmag |  anciens ipj |  newsletter |  @webmaster | ipjmag en rss ipjmag

Ipjmag est un magazine école réalisé par les étudiants de
l'Institut Pratique de Journalisme, dans le cadre de l'option "journalisme en ligne"
encadrée par Thierry Guilbert, concepteur de ce site à vocation pédagogique
.
-------
Tous droits de reproduction et de diffusion réservés - (c) 2004 - 2006
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de
la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Le contenu de ce site (textes, sons et vidéos) ne peut être repris sans accord préalable de leurs auteurs.

------

Creative Commons License
Les pages contenues sur Ipjmag font l'objet d'un contrat Creative Commons.  
------
Technologies et logiciels utilisés :
Spip | Loudblog | Spip Video Flash Player - Netdevelopeur et Jeroenwijering | Dewplayer Estvideo