page d'accueil
envoyer un message au webmaster
plan du site
s'abonner au flux RSS les derniers articles à lire accéder au podcast s'abonner à la newsletter
espace privé pour les rédacteurs

Le Net pour tous : encore du boulot pour les handicapés

par Sophie de Kepper [28ème promotion].
Article publié le lundi 5 février 2007.
 
Ils sont 500 000 sourds en France. Les deux tiers sont illettrés et n’ont pas d’accès à la culture et à l’information. Comme beaucoup d’aveugles également. Le Web représente un potentiel considérable pour eux. A condition d’avoir les outils pour l’explorer.

Il ne manque pas grand chose pour que les sourds puissent bénéficier d’un accès total au Net. Le sous-titrage et la visio-interprétation, qui permet de mettre à disposition sur Internet un interprète en langue des signes, sont des technologies bien ancrées dans nos systèmes informatiques. Mais nettement moins dans notre société. "C’est certainement le gros manque, regrette Hugo Mercier, chargé de recherche sur les nouvelles technologies au sein du site Websourd. L’acceptation politique de la langue des signes pose problème. Nous sommes très en retard par rapport à la langue française. Nous n’avons que la vidéo, qui reste très pauvre en informations." Il n’y a en effet pas de lien sur lequel les internautes sourds pourraient cliquer et qui les conduiraient à d’autres renseignements sur le Web.

Qu’en est-il pour les non-voyants ? Difficile de les imaginer surfer sur la toile... Pourtant, à 26 ans, Hakim Kasmi, aveugle de naissance et grand dévoreur d’actualité, reçoit tous les jours sa page d’infos du Monde.fr. Voilà sept ans qu’il utilise son ordinateur. Depuis, il a eu le temps de mémoriser les touches de son PC et les raccourcis clavier. Evidemment, la souris est inutile. "Nous avons quand même Jaws (Job Access With Speech) qui nous sauve la vie, avoue-t-il. C’est un logiciel de revue d’écran qui transforme un texte affiché sur un écran en un texte oral ou en braille sur une plage tactile." Et comme pour faire comprendre que le handicap n’est pas une barrière, Hakim vient d’être recruté en apprentissage à Radio France, à la Direction des produits multimédia.

A Radio France comme dans d’autres entreprises, l’accessibilité des technologies aux handicapés coûte cher. La plage tactile revient à elle seule à 5 000 euros. "Il faudrait compter près de 15 000 euros pour équiper une entreprise de matériel nécessaire à un aveugle" estime Hakim. C’est le travail de l’Agefiph, l’association qui oeuvre pour l’insertion professionnelle des handicapés. "Les boîtes qui ne respectent pas les quotas paient une amende à l’Agefiph, explique Hakim. Et c’est avec cet argent que l’association peut fournir du matériel à celles qui embauchent."

Après la technique, la culture

Outre la difficulté technique, sourds et muets ont souvent souffert du manque de service à l’information. L’association BrailleNet mène sa campagne pour offrir aux aveugles et malvoyants des ouvrages littéraires, scolaires ou scientifiques sur son serveur Hélène, une bibliothèque d’ouvrages en braille et en gros caractères. Le 29 janvier, le site Websourd s’est de son côté associé à SFR. L’opérateur de téléphonie mobile propose aux personnes souffrant de surdité un journal d’information pour ses clients propriétaires d’un portable 3G. Un journal en Langue des Signes enregistré à Toulouse dans les locaux de Websourd à partir de dépêches publiées par l’AFP. Les innovations ne manquent pas. Mais malgré leurs performances, la fracture numérique reste profonde chez la population handicapée.


Voir et/ou télécharger l'article au format PDF

Forum de l'article


 
 
 
   
[#NOM_SITE_SPIP]

Accueil |  IPJ Paris | podcast ipjmag |  anciens ipj |  newsletter |  @webmaster | ipjmag en rss ipjmag

Ipjmag est un magazine école réalisé par les étudiants de
l'Institut Pratique de Journalisme, dans le cadre de l'option "journalisme en ligne"
encadrée par Thierry Guilbert, concepteur de ce site à vocation pédagogique
.
-------
Tous droits de reproduction et de diffusion réservés - (c) 2004 - 2006
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de
la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Le contenu de ce site (textes, sons et vidéos) ne peut être repris sans accord préalable de leurs auteurs.

------

Creative Commons License
Les pages contenues sur Ipjmag font l'objet d'un contrat Creative Commons.  
------
Technologies et logiciels utilisés :
Spip | Loudblog | Spip Video Flash Player - Netdevelopeur et Jeroenwijering | Dewplayer Estvideo