page d'accueil
envoyer un message au webmaster
plan du site
s'abonner au flux RSS les derniers articles à lire accéder au podcast s'abonner à la newsletter
espace privé pour les rédacteurs

Ginny Power : une Américaine à Paris

par Charlotte Lassalle [28ème promotion].
Article publié le lundi 27 novembre 2006.
 
Ginny Power est coordinatrice photo au bureau parisien du magazine américain Newsweek. Depuis sept ans, elle est un relais d’images entre la France et les Etats-Unis. Sept années aussi à observer -avec recul- les pratiques journalistiques de ces deux pays.

« Quand je suis arrivée en France, on travaillait encore au télex ». Depuis, le journalisme a évolué. Tout comme les relations entre la France et les Etats-Unis. Ginny Power en a été un témoin privilégié : « Je travaille avec un autre journaliste, Christopher Dickey. Notre rôle est d’attirer l’attention de la rédaction, basée à New York, sur les sujets de fond qui structurent l’actualité française ». Dernier exemple en date : Ségolène Royal. Encore inconnue il y a quelques semaines aux Etats-Unis, elle est devenue la réplique française de la très présidentiable Hillary Clinton. Et par la même occasion, le nouveau centre d’intérêt des correspondants américains en France. « Tous les journalistes étrangers cherchent à la rencontrer. En vain. ».

(JPG)
Ginny Power, à gauche, et Barbara Oudiz, professeur d’anglais à l’IPJ.

Time magazine, à la fois premier concurrent et « frère jumeau » de Newsweek, n’a pas hésité à publier un portrait de Ségolène Royal en une sans avoir pu décrocher d’interview exclusive pour nourrir leur dossier. La raison de cette distance ? « Les médias étrangers ne sont pour l’instant pas la priorité de la candidate socialiste aux présidentielles » regrette Ginny Power. Une situation assez rare pour être relevée. « D’habitude, on n’a aucun problème pour accéder aux sources ».

Idées reçues.

Travailler pour un grand magazine américain facilite généralement le contact avec les interlocuteurs. Mais Ginny Power s’est toutefois heurtée à une particularité hexagonale. « Les Français ne donnent pas facilement leur noms. Ils acceptent de témoigner mais se rétractent dès qu’on demande leur identité pour utiliser le témoignage ». Pour y remédier, elle suggère une solution : étoffer son réseau sans négliger le ‘off ‘, véritable manne d’informations pour dévoiler d’autres pistes de reportage. Internet, tout en offrant « de nouvelles possibilités de publication », a aussi facilité le travail des journalistes. Mais elle avoue du bout des lèvres que cet outil n’a pourtant pas gommé les idées reçues. Vu de New York, elle note " une certaine tendance à l’exagération, surtout lorsqu’il s’agit de la France et des Français ». En novembre 2005, Newsweek, comme d’autres medias anglo-saxons, avait fait le rapprochement entre les émeutes dans les banlieues et l’Intifada palestinienne. Pour Ginny Power, l’essentiel est de ne pas en être resté à ce parallèle. « Les émeutes ont soulevé un vrai problème. Cette crise a donné du crédit à notre enquête de fond, acceptée par la rédaction de New York, sur les défis de l’immigration en Europe ».

En travaillant en France, elle a aussi pris conscience de la pratique souvent irrévencieuse du journalisme outre-Atlantique : « Aux Etats-Unis, s’ils peuvent épingler quelqu’un, ils le font » affirme-t-elle. Ginny Power explique le manque d’audace français en ces termes : « La communauté des journalistes français est plus petite et plus fermée. La frontière entre un bon journaliste et un journaliste ‘grillé’, dont les sources refusent de parler, est donc plus facilement franchie ». Quand à son épanouissement professionnel, entre France et Etats-Unis, Ginny Power n’en révèle pas le secret : « J’ai eu beaucoup de chance ! ». Tout simplement.


Voir et/ou télécharger l'article au format PDF

Forum de l'article


 
 
 
   
[#NOM_SITE_SPIP]

Accueil |  IPJ Paris | podcast ipjmag |  anciens ipj |  newsletter |  @webmaster | ipjmag en rss ipjmag

Ipjmag est un magazine école réalisé par les étudiants de
l'Institut Pratique de Journalisme, dans le cadre de l'option "journalisme en ligne"
encadrée par Thierry Guilbert, concepteur de ce site à vocation pédagogique
.
-------
Tous droits de reproduction et de diffusion réservés - (c) 2004 - 2006
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de
la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Le contenu de ce site (textes, sons et vidéos) ne peut être repris sans accord préalable de leurs auteurs.

------

Creative Commons License
Les pages contenues sur Ipjmag font l'objet d'un contrat Creative Commons.  
------
Technologies et logiciels utilisés :
Spip | Loudblog | Spip Video Flash Player - Netdevelopeur et Jeroenwijering | Dewplayer Estvideo