page d'accueil
envoyer un message au webmaster
plan du site
s'abonner au flux RSS les derniers articles à lire accéder au podcast s'abonner à la newsletter
espace privé pour les rédacteurs

Les malades de la "net-thérapie"

par Sophie de Kepper [28ème promotion].
Article publié le lundi 20 novembre 2006.
 
Ils sont obèses, dépressifs, et préfèrent des remèdes miracles proposés sur le Net plutôt que de consulter un médecin. Des malades qui s’automédicamentent, parfois sur conseils d’autres d’internautes, sans en voir les dangers.

Les secrets de la digipuncture [1] pour soulager votre douleur et pour seulement 9, 95€ par carte bancaire sur abc-bien-etre.com. Une formule choc comme il en existe des centaines sur Internet. Ce site propose un soin personnalisé « facile », « efficace », « rapide » et « naturel ». Grâce à des gestes simples, abc-bien-etre.com aide, entre autres, à apaiser le cancer de l’œsophage, les démangeaisons du sexe, l’abondance de rêves et même le coma ! Des malades enfermés dans la bulle salvatrice de ce type de sites n’hésitent pas à sortir leur chéquier. Pourvu que ça leur apporte un peu de réconfort.

La thérapie par le Net : une manie pas très responsable

Ils sont des milliers à se laisser tenter. Sur le fameux Doctissimo.com, chacun y va de son conseil ou de son encouragement pour l’utilisation de tel ou tel médicament prodigieux. Michèle, une habituée des pages « dépression », témoigne sur le forum des bienfaits du Griffonia, une plante médicinale de l’Afrique de l’Ouest. « Voilà juste une semaine que j’ai commencé, et je constate une bien meilleure concentration pour travailler, moins de difficultés à faire des projets et plus de sérénité. » Sans l’avis d’un spécialiste et à l’aide d’Internet, Michèle, préfère jauger son propre traitement. « Lorsque le Griffonia ne fait plus effet, j’ai une baisse très brutale et difficile à gérer. Je vais peut-être augmenter la dose. J’ai lu sur beaucoup de sites que l’on peut aller jusqu’à 300 mg de 5HTP (principal composant) pour remplacer un AD (antidépresseurs). » Pourtant, un autre internaute rétorquera en expliquant les effets indésirables qu’il a connus après la prise du Griffonia : des démangeaisons, une baisse de l’acuité visuelle et des cernes autour des yeux.

Internet : un marché florissant de médicaments

Magali Fléchaire, déléguée générale de l’Association française de l’industrie pharmaceutique, s’oppose à la méthode Internet. Lors d’un chat avec des internautes, elle a affirmé que « l’automédication doit être synonyme d’un comportement de prise en charge autonome et responsable de sa propre santé ». C’est-à-dire qu’un malade peut se soigner de lui-même, en s’assurant de la nature de ses symptômes et en demandant conseil auprès de son pharmacien. Elle a d’autre part rappelé que la vente de médicaments sur Internet prolifère alors qu’elle est illégale en France. C’est pour cette raison que de nombreuses jeunes femmes, fidèles aux pages « surpoids et obésité », n’hésitent pas à se fournir auprès de laboratoires belges, luxembourgeois ou encore américains. Une petite pilule fait fureur actuellement aux Etats-Unis. Le Zantrex-3, « le meilleur secret de Britney Spears » vanté sur un site américain d’achat de produits amincissants. Le produit est vendu comme une « pilule puissante super-énergisante avec un stimulant », qui « améliore de 546 % la perte de poids par rapport à la concurrence ». Evidemment, la pilule miracle a fait le tour des discussions des forums. Mais les effets indésirables se multiplient : rougeurs, brûlures de l’intérieur, excitation, palpitations, insomnies, vertiges sont les premières réactions au complément alimentaire d’après les internautes, qui continuent toutefois de recommander le produit. « Il y a toute sorte de dérive, se désole Brigitte Bourgès, nutritionniste. Internet n’est pas une voie pour se prendre en charge. Il n’y a pas un protocole valable pour toutes les personnes, pas de recette. Il faut prendre le temps de comprendre son cas, son métabolisme. Le patient ne peut pas faire son panier en Oméga 3 et antioxydants sans la base d’une bonne connaissance médicale ». Mais le constat est clair : les malades ont désormais la possibilité de se soigner par la filière qu’ils souhaitent. L’automédication sur Internet, un problème de santé publique, est désormais devenue une préoccupation à l’échelle européenne.


Voir et/ou télécharger l'article au format PDF

[1] méthode traditionnelle de points de pression sur des centres nerveux avec les doigts



Forum de l'article


 
 
 
   
[#NOM_SITE_SPIP]

Accueil |  IPJ Paris | podcast ipjmag |  anciens ipj |  newsletter |  @webmaster | ipjmag en rss ipjmag

Ipjmag est un magazine école réalisé par les étudiants de
l'Institut Pratique de Journalisme, dans le cadre de l'option "journalisme en ligne"
encadrée par Thierry Guilbert, concepteur de ce site à vocation pédagogique
.
-------
Tous droits de reproduction et de diffusion réservés - (c) 2004 - 2006
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de
la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Le contenu de ce site (textes, sons et vidéos) ne peut être repris sans accord préalable de leurs auteurs.

------

Creative Commons License
Les pages contenues sur Ipjmag font l'objet d'un contrat Creative Commons.  
------
Technologies et logiciels utilisés :
Spip | Loudblog | Spip Video Flash Player - Netdevelopeur et Jeroenwijering | Dewplayer Estvideo