page d'accueil
envoyer un message au webmaster
plan du site
s'abonner au flux RSS les derniers articles à lire accéder au podcast s'abonner à la newsletter
espace privé pour les rédacteurs

Une jeune blogueuse UDF fait débat

par Sylvain Lapoix [28ème promotion].
Article publié le jeudi 26 octobre 2006.
 
Surnommée sur les forums "l’arme de destruction massive de l’UDF", Quitterie Delmas croit au débat. Parallèlement à son activité militante, elle anime son blog, "les jeunes libres de s’engager", comme une plate-forme où les jeunes de tous partis sont invités à venir discuter citoyenneté et politique.


-  Comment est né le blog « les jeunes libres de s’engager » ?

Quitterie Delmas : J’ai commencé au moment de la campagne pour le renouvellement du bureau national des jeunes UDF. Comme François Bayrou avait lancé « UDF, le parti libre », au Congrès de Lyon en février dernier, j’ai repris l’idée avec « les jeunes libres ». Je racontais notre tour de France, je publiais des photos... C’est un outil facile : je me connectais après les réunions publiques et j’y restais parfois jusqu’à trois heures du matin ! Je n’ai pas gagné les élections au bureau des jeunes centristes. Mais j’ai maintenu le blog pour continuer d’aborder les questions qu’on avait développées durant la campagne : susciter l’envie, réduire l’abstentionnisme et relancer le débat chez les jeunes. Je provoque le débat et les gens réagissent. Aujourd’hui j’ai 300 visiteurs individuels chaque jour.

-  Pour une future candidate aux municipales et aux législatives comme vous, faire un blog c’est un bon moyen de se promouvoir personnellement, non ?

Q. D. : Pas du tout. Pour l’instant, je veux vraiment échanger avec des jeunes qui s’intéressent à la politique, quelle que soit leur opinion. De plus, ce n’est pas l’électorat concerné par les élections auxquelles je me présente. Au moment de ces élections, je créerai d’autres sites, d’autres blogs. Mais si les gens s’identifient à moi grâce aux « jeunes libres », ça bénéficie à l’UDF, forcément.

(JPG)
"La politique n’est pas forcément quelque chose de chiant"
Quitterie Delmas

-  Est-ce vraiment possible de débattre avec des gens de toutes sensibilités politiques ?

Q. D. : Je discute avec des socialistes, des sarkozystes... Et même des communistes ! Le débat est générationnel, je n’écarte personne. Aux états généraux de la vie étudiante, j’ai vu les militants PS et UMP contents de se prendre la tête pour bien montrer que la Gauche et la Droite sont irréconciliables. C’est à peu près tout le contraire de mon idée. Ceux qui ne participent pas s’excluent eux-mêmes puisque je ne modère pas mon blog ! Toutes les opinions ont droit de cité et mes liens Internet n’ont pas de couleur politique. Ce site ouvre même sur le milieu associatif et les nouveaux médias. C’est l’occasion de rencontrer des gens que je ne verrais jamais « sur le terrain ». Par exemple, j’ai été à la république des blogs, qui a réuni pendant une soirée les bloguers politiques le 26 septembre [1]. On m’a même invitée à des réunions de travail au PS ou à l’UMP. Quand je vois tout ce que ça m’a ouvert, j’hallucine !

-  Un blog, c’est un début. Quelles possibilités du web voudriez-vous exploiter ?

Q. D. : Pour l’instant je n’ai rien vu de révolutionnaire. En tant que jeune militante, c’est un peu mon rôle de renouveler les moyens de communication. Je compte lancer un nouveau blog qui fonctionnerait sous DotClear, à partir duquel on pourrait créer d’autres blogs, participer à un forum... Mon grand rêve, pendant la campagne pour les jeunes UDF, c’était de créer une sorte de Kochonland politique. On se serait occupé d’un candidat à la présidentielle en choisissant sa cravate, ses sujets de campagne, etc. De façon générale, j’ai envie de délirer avec ces outils. Un jour, j’ai signé un billet contre le hooliganisme où je racontais que j’étais la voisine de Dhorasso et que j’interdisais aux gens d’aller au Parc des Princes. Mais même en se marrant, en mettant des photos des manifestations, on illustre quelque chose, on discute et au final on incarne un message. C’est un autre credo essentiel pour moi : la politique n’est pas forcément quelque chose de chiant !

-  La campagne pour les présidentielles ne va-t-elle pas dégrader l’ambiance sur le blog ?

Q. D. Quand la vraie campagne commencera, avec la grosse artillerie électorale (affichage numérique, mailing, achat de liens ...), ça sera tendu ! On est pour l’instant dans une période neutre où il faut créer des débats, des liens, des réseaux... Prendre des bonnes habitudes.


Pour en savoir plus :
-  les jeunes libres de s’engager.
-  Quitterie Delmas a également accordé une interview politique d’une vingtaine de minute à Studiokallel, vidéo-blogueur, disponible sur son site ainsi que sur Dailymotion.


Voir et/ou télécharger l'article au format PDF

[1] Le prochain rassemblement, qui aura lieu le 25 octobre, fera l’objet d’un article dans cette rubrique.



Forum de l'article


 
 
 
   
[#NOM_SITE_SPIP]

Accueil |  IPJ Paris | podcast ipjmag |  anciens ipj |  newsletter |  @webmaster | ipjmag en rss ipjmag

Ipjmag est un magazine école réalisé par les étudiants de
l'Institut Pratique de Journalisme, dans le cadre de l'option "journalisme en ligne"
encadrée par Thierry Guilbert, concepteur de ce site à vocation pédagogique
.
-------
Tous droits de reproduction et de diffusion réservés - (c) 2004 - 2006
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de
la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Le contenu de ce site (textes, sons et vidéos) ne peut être repris sans accord préalable de leurs auteurs.

------

Creative Commons License
Les pages contenues sur Ipjmag font l'objet d'un contrat Creative Commons.  
------
Technologies et logiciels utilisés :
Spip | Loudblog | Spip Video Flash Player - Netdevelopeur et Jeroenwijering | Dewplayer Estvideo